Catégories
De tout et de rien cat

Est-Ce Que Le Texto Và Tuer Le Language Courant ?

   Les défenseurs de l’orthographe dénoncent de plus en plus la dérive dans le langage sms (textos)  et le langage écrit, croyant que le premier risque de tuer le second. Qu’en est-il vraiment ?

Nous le savons, que les hommes ont toujours parlé différemment de la façon dont ils écrivent mais actuellement, grâce aux nouvelles technologies, nous arrivons à parler avec notre doigt grâce aux textos et le langage parlé rejoint de plus en plus celui de l’écrit.

Les textos décriés comme des raccourcis ont dès lors été déplorés comme la source de la chute de la parole écrite. Les profanes diront : « MDR ». Mais à bien y penser, les textos sont plus proche de la langue parlée que de l’écriture et ils deviennent plus complexes et plus riches chaque année. Avant de répondre à la question, faisons une perspective historique.

Le langage parlé est né bien avant le langage écrit et en tant que tel, la première écriture s’est basée sur la façon dont les gens parlaient, avec des phrases courtes comme dans l’Ancien Testament de la bible. Cependant, alors que parler est largement inconscient et rapide, l’écriture est délibérée et lente. Au fil du temps, les auteurs profitant de cette situation ont commencé à élaborer des phrases très complexes relevant de l’art comme celui de Eve Belisle, dans la Pension de famille qui dit,   je cite : « Une maladie, un deuil, on en parle… mais un chagrin d’amour scelle les mots au bord des lèvres comme si une incompréhensible pudeur devait les retenir nous empêchant de les communiquer aux autres.».et pourtant personne ne parlerait comme ça dans la réalité. Or il s’est avéré naturel de le faire pour des occasions spéciales.

Dans les temps anciens, on n’a jamais pu écrire comme on parlait puisque aucun mécanisme ne pouvait reproduire la vitesse de la conversation. Cependant, l’arrivée de la messagerie instantanée a amené une véritable révolution. Cette révolution implique la mécanique brute de l’écriture, mais dans son souci économique et de spontanéité qui vire à la vulgarité, les textos sont devenu un nouveau genre de langage parlé. Il y a un culte virtuel de concision et aucun intérêt pour le respect de la grammaire ou de l’orthographe. Toutefois, l’argument selon lequel les textos sont des «pauvre écriture» est déplacé car le texting développe son propre type de grammaire et de conventions.

Prenons MDR. Il signifie réellement «mort de rire» dans un sens littéral. Il a pourtant évolué en quelque chose de beaucoup plus subtile et sophistiquée et est utilisé même lorsqu’il n’y a rien de vraiment amusant. Par exemple si on demande : «Où avez-vous été?» et qu’en retour on reçoit : «MDR, à la bibliothèque.», ici, MDR désigne une empathie entre les deux texteurs. Donc, au lieu d’avoir un sens littéral, il transmet une attitude. Bien sûr, personne ne pense à ce sujet consciemment mais au fil du temps, le sens d’un mot, d’une expression, d’un smiley ou d’une image dérive.

Nous ne pouvons donc pas assimiler les textos et l’écriture proprement dite car ils utilisent un code bien distinct et leurs destinations ne sont pas les mêmes car les premiers sont par exemple généralement destiné à être lu qu’une fois et à être écrit dans la hâte, tandis que la seconde est rédigée pour rester, être relue, l’écriture étant pensée et lente. Puis, à ce jour, il n’y a aucune preuve qui dit que les textos sont en train de ruiner les capacités rédactionnelles.

Quoi qu’il en soit, force est de constater que les vingt dernières années, les jeunes (bientôt tout le monde) ne savent plus écrire et ont une orthographe déplorable. C’est pourtant très pénalisant au niveau professionnel vu l’importance de pouvoir communiquer correctement dans un monde où l’écrit demeure capital pour les postes à responsabilités.

En effet, ces dernières années, le système scolaire malgache (programmes et méthodes d’enseignement, matériels scolaires, faiblesse de l’accès aux livres…) les parents et les enseignants (souvent négligents et laxistes et ayant perdu leurs autorités naturelles) ne sont plus capables de transmettre les méthodes grammaticales aux élèves, futurs enseignants. D’autre part, la culture de la facilité apportée par les nouvelles technologies (corrections automatiques, langage SMS basé sur la phonétique…) pousse les jeunes vers la paresse (car ils n’écrivent pratiquement plus) et leur font perdre tout goût de l’effort alors que c’est en forgeant qu’on devient forgeron …

Bref, il est vrai que tout langage est amené à évoluer mais on peut assister à ces évolutions avec plus ou moins de complaisance ou d’approbation donc si j’ai un simple conseil à donner, c’est LISEZ car la lecture aide beaucoup pour l’orthographe. Une personne qui lit régulièrement fera moins de fautes que quelqu’un qui ne lit pas du tout.

 

R. Angelico

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *